Saison 2019/20

Les Carmes, Salle de Spectacles * Expositions * Cultures *
La Rochefoucauld-en-Angoumois (16)

ESCALE EN TERRE SINGULIERE #2

UN HOMME, UNE MAISON, DES ENFANTS ? PFFF…

UN HOMME, UNE MAISON, DES ENFANTS ? PFFF…

Première Neige est une courte nouvelle de Guy de Maupassant, peu connue. Elle raconte l’histoire d’une jeune femme qui va préférer mourir seule et heureuse au soleil plutôt que de vivre longtemps et mal aimée par son mari dans un horrible château en Normandie.
Cette histoire est terrible et en même temps pleine d’espoir. On dit de Maupassant que son pessimisme est un remède au désespoir le plus profond. Il se prépare au pire pour être surpris par les bonnes choses de la vie.
Pas folichon le Maupassant… Mais le duo improbable de comédiens plonge dans la culture pop et redonne folie à cette nouvelle en construisant bruitages et détournements d’objets en direct.

C’est donc l’histoire d’un couple, un homme et une femme, qui s’est mis en tête d’enregistrer une nouvelle de Maupassant, qui s’appelle Première neige, pour la radio.
Des spectateurs sont reçus pour assister à l’enregistrement. Choisir cette forme pour présenter cette nouvelle de Maupassant nous place à la croisée de culture classique et de la culture dite ‘’pop’’. Disons que ce couple est un Guillaume Galliène avec des plumes dans le derrière : « Ça peut pas faire de mal ».
Ce spectacle s’appelle Première Neige comme la nouvelle de Maupassant !
Il parle de ces choses que nous prévoyons, de ces rêves que nous projetons, de ces projets de vie qui doivent nous faire avancer, et, qui pour une raison ou une autre, avortent. Dans ce cas là, il faut trouver des parades pour continuer.
Coûte que coûte, il faut continuer.

  • Distribution :
    INTERPRÉTATION Pier PORCHERON & Marion LUBAT // ÉCRITURE ADDITIONNELLE & CONSEILS DRAMATURGIQUES Christian CARO // MUSIQUE ORIGINALE Romain BERCE // SCÉNOGRAPHIE Pier PORCHERON & Philippe QUILLET // CRÉATION LUMIÈRES Philippe QUILLET // DÉCORS Daniel PERAUD & Sophie BURGAUD

Toute l’actualité de la Cie Elvis Alatac ici.

Spectacle accueilli en coréalisation avec l’OARA